Journée Pédopsychiatrique Régionale Saguenay – Lac-Saint-Jean

XXVIe Journée Pédopsychiatrique Régionale

sous le thème

« PREMIÈRES NATIONS : SAVOIR-ÊTRE ENSEMBLE DANS L’INTERVENTION»

Le vendredi 9 novembre 2018

Mot du comité organisateur

(à venir)

Déroulement de la journée

Horaire et lieu

Horaire de la journée

7 h 30 Accueil en musique et inscription des participants.
8 h 00 Mot de la présidente JPR.
8 h 10 Chant autochtone.
8 h 15 Mot d’ouverture du Chef Clifford Moar.
8 h 30 Illustration théâtrale du thème par madame Sophie Torris, en collaboration avec les élèves de l’école Sainte-Bernadette.
9 h 00 Conférence de Dre Judith Morency.
10 h 15 Pause.
10 h 30 Suite de la conférence de Dre Judith Morency.
11 h 50 Remise du prix Docteur-François-Tremblay.
12 h 00 Repas.
13 h 00 Conférence de Dre Lucie Nadeau.
14 h 30 Pause.
14 h 45 Suite de la conférence de Dre Lucie Nadeau.
16 h 00 Prix de présence et mot de la fin.

Lieu

Centre de Congrès & Hôtel La Saguenéenne

250, rue des Saguenéens
Chicoutimi (Québec), G7H 3A4
Téléphone: +1 418-545-8326
www.lasagueneene.com

Activité

Accréditation

Le contenu de cette journée est reconnu et inscrit au programme de formation continue en psychothérapie par l’Ordre des psychologues du Québec (no de reconnaissance RE02795-18; 7.0 heures). Une attestation de participation sera remise sur place le jour de l’activité.

 

Conférences

CONFÉRENCE DE L’AVANT-MIDI

Docteure Judith Morency, Ph.D., psychologue

« La sécurisation culturelle comme base de l’alliance thérapeutique avec les enfants et familles des Premières Nations.»

 

Objectifs généraux

  • Les partenaires des réseaux québécois de la santé, des services sociaux, de l’éducation et des organismes communautaires cherchent activement à s’ajuster pour soutenir le développement et la formidable résilience des enfants et familles des Premières Nations.  Cette conférence abordera la question de la sécurisation culturelle dans l’alliance thérapeutique.  Elle tracera un portrait de certains besoins et enjeux actuels pour les Premières Nations et proposera une réflexion sur les éléments composant une posture relationnelle optimale permettant d’envisager l’alliance thérapeutique comme lieu de guérison et de réconciliation avec les Premières Nations.

Objectifs spécifiques

  • Favoriser la sécurisation culturelle des services offerts aux enfants et familles des Premières Nations ;
  • Sensibiliser à l’histoire, aux réalités et besoin des enfants et familles des Premières Nations de même qu’aux défis et enjeux actuels ;
  • Favoriser une réflexion sur les éléments d’une posture thérapeutique optimisant l’alliance thérapeutique avec l’enfant, ses parents et sa communauté.

 

CONFÉRENCE DE L’APRÈS-MIDI

Docteure Lucie Nadeau, MD, MSc, FRCPC, pédopsychiatre

« Penser l’intervention auprès des enfants et familles autochtones : favoriser l’accès aux soins, un dialogue empreint d’humilité culturelle et une valorisation des initiatives des communautés.»

 

Objectifs généraux

Cette présentation se veut en continuité avec celle de Dre Judith Morency.  Dans un premier temps, en gardant en filigrane la question de la sécurisation culturelle, des exemples de rencontres cliniques pédopsychiatriques en milieux autochtones permettront l’exploration de la nécessaire notion d’humilité culturelle.  Cela permettra aussi d’illustrer les formes que peut prendre le dialogue entre sujet autochtone et  intervenant, en interrogeant la prise de parole et les lieux de silence.  Dans un second temps, une discussion autour d’initiatives communautaires autochtones illustrera la résilience émanant de ces lieux et l’importance de penser le soin au-delà de nos milieux cliniques traditionnels.

Objectifs spécifiques

  • Sensibiliser l’auditoire à la notion d’humilité culturelle dans  les interventions auprès d’enfants et de familles d’autochtones.
  • Discuter de l’adaptation de la rencontre clinique en fonction du contexte et en fonction des représentations qui s’y insinuent lorsque l’intervenant est non-autochtone.
  • Favoriser la reconnaissance de l’apport des initiatives communautaires dans le parcours de guérison.

Conférencières

Dre Judith Morency, Ph.D., psychologue

Docteure Judith Morency est activement engagée depuis plus de 25 ans dans la pratique clinique et communautaire auprès des Premières Nations, en particulier les nations innue, algonquine et atikamekw avec qui elle a développé et mis en œuvre plusieurs programmes de prévention et d’intervention communautaire alliant des approches thérapeutiques culturelles et contemporaines.  Titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université Laval portant sur l’évaluation des signalements d’abus sexuels d’enfants, Dre Morency a été très active aux niveaux régional et national dans l’organisation et le déploiement du soutien émotif et culturel entourant les démarches de guérison communautaires des anciens élèves des pensionnats indiens.  Tout au long de sa carrière, Dre Morency a continuellement offert de la formation et de la supervision clinique, notamment sur les thématiques de l’intervention auprès des enfants des Premières Nations, la prévention du stress post-traumatique secondaire, etc., auprès d’équipes multidisciplinaires de santé et de services sociaux des Premières Nations et de leurs partenaires du réseau québécois.

 

Docteure Lucie Nadeau, MD, MSc, FRCPC, pédopsychiatre

Docteure Lucie Nadeau est une pédopsychiatre consacrant une partie importante de son travail à la clinique, l’intervention, la formation et la recherche en milieux autochtones.  Titulaire d’une maîtrise en pédopsychiatrie transculturelle (Université McGill), elle est professeure agrégée au département de psychiatrie de l’Université McGill, faisant partie des divisions de psychiatrie sociale et transculturelle et de pédopsychiatrie.  Elle a fait partie du groupe-conseil du projet Nokitan de recherche-action en bien-être mental en  milieu scolaire atikamekw pendant une dizaine d’années et est pédopsychiatre consultante au Centre de santé Inuulitsivik (Nunavik) depuis 2008, où elle participe aussi comme chercheure à des projets à visée communautaire.  Elle est chercheure principale dans un projet visant à développer une communauté de pratique en santé mentale jeunesse au Nunavik, projet qui se construit en partenariat étroit avec les communautés et intervenants de cette région.

Public cible

Professionnels (intervenants, conseillers cliniques, cadres intermédiaires) œuvrant dans les domaines de l’enfance et la famille dans les secteurs de la santé, des services sociaux, de l’action communautaire et de l’éducation.

 

Bibliographie sommaire

  • Brascoupé, S., & Catherine Waters BA, M. A. (2009). Cultural safety: Exploring the applicability of the concept of cultural safety to Aboriginal health and community wellness. International Journal of Indigenous Health, 5(2), 6.
  • Cotton, M.-E., Nadeau, L. & Kirmayer, L. J. (2014). Consultation to Remote and Indigenous Communities. In L. Kirmayer, C. Rousseau, J. Guzder (Ed.), Cultural Consultation (pp. 223-244). New York: Springer.
  • Fraser, S., Nadeau, L , (2016). Experiences and representations of health and social services in a community of Nunavik. Contemporary Nurse. Published online: 14 Apr 2016
  • Kirmayer, L. J. (2012). Rethinking cultural competence. Transcultural Psychiatry, 49(2), 149e164.
  • Kleinman, A., Eisenberg, L., & Good, B. (1978). Culture, illness, and care: clinical lessons from anthropologic and cross-cultural research. Annals of internal medicine, 88(2), 251-258.
  • Nadeau, L. (2004). Santé des Autochtones : Mieux comprendre et intervenir différemment in De Plaen, S. (ed.), Soins aux enfants et pluralisme culturel (pp.45-52), Collection Intervenir, Montréal : Éditions de l’Hôpital Ste-Justine.
  • Nadeau, L. (2012). Réalités des peuples autochtones. In État de situation sur la santé mentale au Québec et réponse du système de santé et de services sociaux (pp. 123- 128), complément au Rapport d’appréciation de la performance du système de santé et de services sociaux 2012 : Pour plus d’équité et de résultats en santé mentale au Québec, Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE),. Gouvernement du Québec, Québec.
  • Papps, E., & Ramsden, I. (1996). Cultural safety in nursing: The New Zealand experience. International Journal for Quality in Health Care, 8(5), 491-497.
  • Sue, D. W., Bernier, J. B., Durran, M., Feinberg, L., Pedersen, P., Smith, E., & Vasquez-Nuttall, E. (l982). Position paper: Cross-cultural counseling competencies. The Counseling Psychologist, 10, 45-52.
  • Tervalon, M., & Murray-Garcia, J. (1998). Cultural Humility versus Cultural Competence: A Critical Distinction in Defining Physician Training Outcomes in Multicultural Education. Journal of Health Care for the Poor and Underserved, 9(2), pp. 117-125.
  • Young, A. (1982). Rational men and the explanatory model approach. Culture, Medicine and Psychiatry, 6, 57–71.

Carton d'invitation